UTILISEZ PLUTÔT LE NAVIGATEUR EDGE ULTRA RAPIDE POUR VOGUER DANS NOTRE LABYRINTHE

ÉBAUCHE QUI SERA RÉÉCRITE :  Tenebræ & le tableau de Grovloff

                                                                                          .

 

"Aimez vous les asperges et les fraises ?" me demanda petite Fée Baby)💙(Lala  en nouant un petit tablier rose autour de sa robe bleue à carreaux. "oui pourquoi ?" ~~ "Tenebræ viendra déjeuner demain avec nous et elle m'a confirmé qu'elle en apportera" ~~ Nous étions si bien ensemble petite Fée Baby)💙(Lala  et moi que je n'eus aucune hésitation à lui faire part du fait qu'il n'était peut-être pas certain du tout que Tenebræ soit heureuse demain de se retrouver à devoir déjeuner avec moi et en plus de me voir goûter à ses asperges et à ses fraises  ! Cela fit rire petite Fée Baby)💙(Lala qui pensa me rassurer en me disant  : "Ho ! La la  ! On voit que vous ne la connaissez pas ! Elle sait être d'une nature vraiment charmante. Quand elle le veut : bien évidemment ! Vous verrez !". 

                                                                         j'allais le voir en effet !
          
          L'arrivée le lendemain de Tenebræ ne laissa d'ailleurs pas indifférent petit Rendez-Vous) 🙃 (Lala qui, dressé sur sa chaise haute, bouche bée, en laissa tomber sa petite cuillère et son petit pot de Blédine vanille à la renverse !
          
          Certes Tenebræ n'était pas méconnaissable, même pour moi qui ne la connaissais que depuis peu de temps seulement, mais dès qu'Elle eut offert à petit Rendez-Vous) 🙃 (Lala un énorme Geeb-Wee-Wee (sorte de peluche élastique "intelligente") qui la masquait complètement,  je ne pus que constater le contraste abyssal qu'il y avait entre la tenue de Tenebræ et la robe vichy toute simple que portait petite Fée Baby)💙(Lala sous son petit tablier de cuisine.

          Tenebræ devenue blonde avec des mèches argentées portait un tailleur jaune d'or émaillé d'astres multicolores de toutes sortes, des lunettes de soleil pyramidales bleu cobalt qui lui mangeaient littéralement le visage et ne laissaient voir que ses  lèvres  ourlées orange  fluo.

          "Je ne suis pas trop en re-taaard ???...  Je vais... Je vais donc devoir... ...me mettre en bout de table à ce que je vois !!!" dit  Tenebræ à sa cousine petite Fée Baby)💙( Lala d'une voix rauque mais veloutée dont chaque fin de phrase devenait chantante et soudain acidulée tout en regardant partout sauf dans ma direction.  ​"Faites comme chez Vous ! mais pas trop quand même ! :D" dis-je à Tenebræ qui haussa les épaules avec cette moue si particulière des lèvres qui me subjugua alors tout autant, sinon plus, que la toute première fois où Tenebræ l'avait esquissée pour moi quand, dans un musée et ne la connaissant pas encore, j'avais osé lui demander de se décaler légèrement pour me permettre de pouvoir,  moi aussi,  admirer un tableau de  Matisse !

                Et  depuis, dans mon souvenir, ce tableau reste toujours pour moi marqué d'un sceau d'un rouge indélébile : celui des  lèvres  de Tenebræ ! 

          Tenebræ  parla quelques instant avec Petite Fée Baby)💙(Lala qui préparait dans la cuisine le petit repas de  petit Rendez-Vous) 🙃 (Lala puis Elle vint dans le salon et marqua un indicible temps d'arrêt en me voyant assis dans "son fauteuil " . 

                                        Tenebræ s'assit alors en diagonale sur le divan bancal.   

 

​         L'obstination avec laquelle Tenebræ voulait marquer son indifférence absolue à mon égard fit que son regard, fuyant son fauteuil bleu et mauve dans lequel je me noyais littéralement, tomba par hasard sur une paire de boots en cuir multicolore que petite Fée Baby)💙(Lala avait laissée à l'entrée du salon. "Dis moi, c'est à toi ces..." Ici Tenebræ marqua un silence, non pas parce qu'Elle ne trouvait plus ses mots, mais pour  souligner par ce temps mort son évidente réprobation qu'elle accentuait avec un sourire ironique vite refermé !


            Petite Fée Baby)💙(Lala plongée dans sa cuisine, revint un instant  vers sa grande Cousine : "Ha ça ???...  Ce sont mes boots. Elles sont vraiment ravissantes n'est-ce pas ????"

 

​        Tenebræ s'exprimait toujours dans sa langue qui était pour le moins particulière, mais  depuis très peu de temps, j'avais maintenant constamment sur moi le bon lexique pour la déchiffrer.
Aussi je n'eus aucun mal en entendant Tenebræ dire "Rrrravissssant... humm hummm.... Rrravisssssant... pourquoi pas.... après tout !..." à traduire : Ces boots sont vraiment immondes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


          

        Par contre ce qui m'étonna c'est que Tenebræ tint ici à placer, dans l'échelle de ses impressions, son désir de paraitre bien au dessus de ses convictions profondes.

 

Les boots de petite Fée Baby)💙(Lala étaient simples, et réellement "ravissantes". Tenebræ le savait fort bien.

             J'étais si bien dans ce fauteuil d'un  bleu indien que je m'y baignais tel un ange dans le Gange et y restais pour ainsi dire  sacrément avachi ! 

 

 Sacrilège intolérable pour Tenebræ me sembla-t'il, aussi, pour adoucir l'atmosphère d'une conversation qui s'annonçait déjà pour le moins difficile, je demandais bêtement et sans aucun préambule à Tenebræ si, comme moi,  il lui arrivait  parfois de passer dans une petite rue que j'aimais beaucoup : la Rue Suger.  Tenebræ se mit alors à fixer un point indéfinissable du plancher pendant plusieurs minutes avec cette attention particulière qu'ont seuls celles et ceux qui ayant parfaitement entendu une question ont choisi de ne pas y répondre.  Et  juste à ce moment là Petite Fée Baby)💙( Lala  arriva  nous rejoindre et vint s'assoir près de moi sur l'un des bras de son beau fauteuil bleu et mauve dans lequel j'étais puis Elle passa une main derrière mon cou et, tout en caressant du bout des doigts ma nuque, Elle regarda surprise et amusée Tenebræ et renchérit : "Mais oui ! C'est vrai ça !... Tu adorais passer par la rue Suger pour all..."  

         Tenebræ coupa net la parole à sa cousine puis en fixant de nouveau mon pull troué  lui répondit sur un ton qui se voulait dégagé et désinvolte  :  "Ho la la ! Non ! Non ! Surtout pas !!!! D'ailleurs la dernière fois que j'y suis allée c'était pour le moins... ...comment dire... ...plutôt mal fréquenté ! Dorénavant je préfère passer par la rue... Sé-guier : c'est évidemment un peu plus long mais au moins là : l' avantage est que j'y suis tranquille  !"  Tenebræ marqua ici un temps d'arrêt avec un infime regard dans ma direction  :  "En tout cas jusqu'à présent !"  Cette façon qu'avait  Tenebræ  de segmenter ainsi ce nom Sé-guier en le serrant aussi fort entre ses dents m'enchantait littéralement !!! Et je faillis même lui demander si un tel détour  valait réellement le déplacement ! Mais je m'en gardais bien  car à cet instant précis  j'eus toutes les peines du monde à réprimer un fou rire à la seule pensée que peut-être  Elle puisse se douter que je passais moi aussi parfois rue Séguier !!!  

​​​

Alors que nous dégustions les délicieuses asperges offertes par Tenebræ nous fûmes dérangés par la visite inattendue sauf par Tenebræ qui ne sembla pas en être surprise du "parait-il" très célèbre marchand de tableaux Azzif Parkanti Oushnedine, dont pour ma part je n'avais jamais entendu parler, qui ressemblait à Al Capone et qui venait avec une  toile sous le bras et l'idée de pouvoir la refourguer facilement à Tenebræ à un prix exorbitant défiant toute concurrence ! Car il pensait, peut-être avec raison, que Tenebræ devait être  la proie de cette sorte de snobisme inhérent à beaucoup d'amateurs d'Art , consistant à croire que tout tableau dont personne n'a jamais voulu doit avoir forcément une grande valeur ! 

          Tenebræ​ se leva, prit le tableau, le posa sur une chaise puis recula de quelque pas et tout en rejetant d'un large mouvement de tête ses longs cheveux en arrière, Elle se mit à regarder en "connaisseuse avertie"  le tableau en en fixant chaque recoin : " Mais ?!?! Mais ! C'est un Grovloff de la période prune !!! N'est-ce pas Azzif ?!?! Rassure moi !!!" s'exclama t-Elle comme si Elle venait de découvrir le radium dans sa cuisine en s'adressant au marchand de tableaux qui s'empressa de faire "Oui" de la tête mais surtout en silence par crainte de voir la vente inespérée de ce tableau une fois de plus lui échapper à cause d'un mot malheureux  (Oui  ce sont effectivement des choses qui arrivent  parfois !) et Azzif Parkanti Oushnedine se frottait déjà les mains à l'idée d'avoir sinon réalisé l'Affaire du Siècle, au moins de s'être enfin débarrassé de ce maudit tableau !

                                                                                                                                 Mais c'était  compter sans la vigilance prévenante  de petite Fée Baby)💙( Lala. 


                Tout en faisant manger petit dessert à petit Rendez-Vous) 🙃 (Lala je décidai de me pencher un peu de coté pour entrevoir à quoi pouvait bien ressembler un tableau de Grovloff mais Tenebræ interrompit aussitôt  mon élan en se tournant vers moi : "Ho ! Vous ! Je ne vous demande même pas ce que vous en pensez : vous n'y connaissez rien !!!" C'était si aimable et si gentiment dit que je ne pus que laisser à mon tour parler mon coeur : "Non : Vraiment ! Vaut mieux pas !!!  Ho ! Mais Vous devriez Vous aussi , pourquoi pas, Vous mettre à peindre !!! Qui sait si...?!?!?!! :D" dis-je d'une voix enjouée à Tenebræ dont le regard devint aussi noir que  le gros tube de gouache que j'avais en 6ème ! Réflexion d'ailleurs  tout à fait idiote de ma part car petite Fée Baby)💙(Lala m'apprit quelques mois plus tard que Tenebræ peignait aussi et que ces peintures étaient si exquises qu'on avait qu'une seule envie après les avoir vues : celle de les manger. 

​​
             Pendant que je donnais une dernière petite cuillerée de dessert à petit Rendez-Vous) 🙃 (Lala dont le sourire rayonnant reflétait   joyeusement celui de sa maman, Tenebræ qui gardait malgré tout une confiance absolue en sa cousine cadette, lui demanda son avis, qu'elle espérait aussi favorable que l'était déjà le sien. Et  petite Fée Baby)💙( Lala, avec l'adorable modestie de ses impressions qui la caractérise, répondit tranquillement en me regardant : "Moi je crois que je préfère aussi...  ...sa période... ... ... ...sans peinture". Ce qui  acheva d'abattre soudain toutes les certitudes que Tenebræ pensait avoir concernant sinon l'Art contemporain du moins la période dite "prune" de Grovloff ! 

             Tenebræ congédia le marchand de tableaux, s'absenta ensuite quelques instant dans une pièce voisine puis Elle revint nous rejoindre : Tenebræ était toute métamorphosée en la plus douce et souriante des Fées célestes avec dans ses mains un plein panier de fraises qui avec leurs petits feuillages formaient sur le fond jaune d'or de son tailleur une sorte de tableau succulent qui me rappela un tout autre tableau : de Chagall cette fois : "La danse" que j'étais resté à contempler toute une après-midi d'été dans la fraîcheur baptismale d'un musée d'une petite ville de province assoupie au soleil au bord de sa rivière.

 

 

                                                                                                                                                                                                                            .