UTILISEZ UNIQUEMENT LE NAVIGATEUR EDGE ULTRA RAPIDE POUR L' AFFICHAGE ET VOGUER DANS NOTRE LABYRINTHE

La musique ne sait pas dessiner un arbre mais l'arbre sait peindre la musique

                                                                   printemps

                                                                                     .
. .. ... En descendant par l' Escalier de l' Ouest je croisais Moyenne Fée.
 "Ho  vous ! C'est vous !  Justement c'est vous que je venais voir !... " me dit-Elle "...Vous partez ???"
 
"Oui. Pourquoi ?"
 
"Figurez vous que j'ai retrouvé le livre आप: मेरी निविदा भूलभुलैया dont vous m'aviez parlé. Il était au Château et, vous le savez,  je n'y suis guère à cette époque de l'année. Mais dites moi : Il vous intéresse toujours ???
 
"Et comment !!!" dis-je en sautant de joie ! "Pour un peu je Vous embrasserais ! Avec tout le respect que je Vous dois bien sûr !"
 
"Mais vous pouvez ! Vous pouvez !!" me dit Moyenne Fée avec un sourire désarmant "J'ai failli le laisser au Château car c'est un Livre très fragile, et puis non, je l'ai rapporté car je me doutais bien que vous seriez ravi que j'abrège ainsi votre impatience d'en découvrir le contenu ! Cela m'amuse beaucoup !

 

Et puis aussi, de toute façon, vous viendrez bien un jour au Château n'est-ce pas ?. Vous me le dites toujours et vous ne venez jamais ! Vous auriez pourtant alors l'occasion d'y voir tout un tas d'autres choses fort intéressantes pour vous.

                                       Je le crois sincèrement. Vous me croyez j'espère !

Mais au fait  ! Dites moi : Ma petite Cousine est bien chez elle n'est-ce pas ???
 
"Oui.  Avec une personne du nom de Tenebræ. Vous la connaissez ???"
 
"Ho ! La la la la la la !!! Surtout pas !  Je m'en vais alors !!!" dit-Elle en pouffant "Ce que j'ai à  dire à ma petite Lala est una cosa molto confidenziale ! Et puis tenez ! Je vais faire quelques pas avec vous si cela ne vous ennuie pas. Vous me donnerez alors des nouvelles de ma petite Cousine."
 
Pendant quelques minutes  nous avons marché en silence. Mais c'était un silence familier et ami qui nous accompagnait et qui, de sa petite voix intérieure, nous disait : "Vous pouvez tout vous dire, alors...   ...rien ne presse".

 

Et, alors que nous longions la Seine, un ciel d'un rose cuivré annonçait en fanfare la fin enfin des jours d'hiver.

 

Tout en marchant avec Moyenne Fée je ne pouvais m'empêcher de constater avec surprise le contraste vertigineux qu'il y avait entre Elle et Tenebræ.

 

Ce n'était pas seulement l'impression de calme et de pondération chez Moyenne Fée qui était déjà saisissante dès le premier abord mais surtout la constance de son caractère et de ses propos si étrangers aux volte-face continuelles qui caractérisaient le plus souvent  - pour moi en tout cas -  les actes audacieux et les paroles éblouissantes de Tenebræ.

 

Je n'étais pas au bout de mes surprises.  [Ha bon ?!?!?!!:D (NDLR)]


Je m'en aperçus soudain lorsque Moyenne Fée s'arrêta devant une boutique sur le Quai des Grands-Augustins.

 

.

                                                                                         .