UTILISEZ UNIQUEMENT LE NAVIGATEUR EDGE ULTRA RAPIDE POUR L' AFFICHAGE ET VOGUER DANS NOTRE LABYRINTHE

La musique ne sait pas dessiner un arbre mais l'arbre sait peindre la musique

                                                          .

                          Il est quatre heures de l' après midi.

 

Quelques gouttes, une à une, tombent sur la couverture rouge du livre de Zola.

 

"Monsieur Lepage..."

 

Hollis, qui enduisait de crème solaire le dos de Vance, leva la tête.

 

"Monsieur, ma tante Alix a invité Nedge à venir prendre le goûter à la maison. Est-ce qu'il peut venir ?"

 

"C'est bien vrai Verna ???"

 

"Ho !  je ne mens jamais Monsieur Lepage !"

 

"Sinon tu irais en enfer n'est-ce pas ?!!!"

 

"Peut-être pas aussi loin ! Mais peu importe ! Je ne mens jamais  de toute façon !"

 

Nedge tout heureux, sautillait d'impatience en se séchant derrière Verna.

 

Vance, une main sur son front, plissait les yeux au soleil, et fixait le regard de jeune fauve de Verna.

 

Hollis regarda Vance, puis :

"Bon ! Jusqu'à 19 heures Nedge mais pas après."

                                                             .

                                                            .

                                                          .

                                              Il est minuit.

 

Lorsqu'ils arrivèrent sur la plage, Verna fit "Chuuut !" à Nedge qui pourtant ne disait rien.

 

Nedge adorait le côté maîtresse d'école de Verna, Elle lui rappelait le bon vieux temps de ses 7 ans.

 

Verna sourit à Nedge et posa un baiser sur sa joue.

 

 

Dans le bleu noir de la nuit, elle et lui ne distinguaient plus, que l'écume blanche des vagues, sous l'océan immense et scintillant des étoiles.

 

Nedge porte, comme chaque fois, le sac à dos de Verna car c'est elle qui dirige les opérations. Nedge s'occupe, lui, de l'intendance.

Ça ne l'effraie pas !

 

D'ailleurs c'est elle qui tient la grosse lampe torche, qui fait naître le sable de la plage sous leurs yeux.

 

"Au fait !" dit Verna "J'espère, évidemment,  que tu n'as pas oublié d'emporter aussi June."

 

Nedge avait demandé à Verna pourquoi les oreilles de son lapin étaient comme-ci-comme-ça, et Verna lui avait répondu :

"Mais c'est parce qu'il s'appelle June, voyons !".

 

Nedge avait d'ailleurs eu la honte de sa vie, lorsque sa maman, en entrant dans sa chambre ce matin, et en voyant le doudou de Verna, sur l'oreiller de Nedge, lui avait dit  : "Tu dors avec un doudou toi maintenant ?!??"


À 13 ans Verna avait toujours son doudou fétiche, un lapin en feutrine qu'elle avait appelé June parce qu'il avait des oreilles à s'appeler June.

Tout simplement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                            .

    .

Verna & sa maman

 

Tu ne vas pas jouer avec Verna ?" demanda Vance à son fils Nedge.

"Non, pas tout de suite, elle ne peut pas en ce moment."

 

Vance tourna la tête :

Effectivement, à quelque mètres d'eux, Verna était en train de faire de grands signes à une longue silhouette toute en noir, qui arrivait au loin, coiffée d'un immense chapeau de paille, orné de deux rubans jaunes et bleu ciel.

 

"C'est sa maman" ajouta Nedge, en regardant au fond de son petit seau jaune, tout rempli d'eau, les coquillages irisés de soleil qu'il avait amassés pour Verna et qui miroitaient comme des étoiles.

 

                                                            .

                                                          .

C'est vers les grottes des falaises de Gosthäar, que Verna et Nedge avaient commencé leurs équipées nocturnes. 
Verna a treize ans, Nedge lui bientôt douze.

 

Et chaque soir, dès que Tante Alix était montée se coucher, Verna ouvrait la fenêtre de sa chambre face à l'océan, puis, se penchait un peu vers la gauche, et faisait de grands gestes de la main à Nedge qui habitait la maison voisine, et qui attendait sur le balcon du 2ème étage, que Verna lui fasse signe.


Il y a deux ans, pendant les vacances de Pâques, Nedge avait fait un jour la connaissance de Verna, et depuis, toutes les vacances de Nedge étaient si chamboulées que même les parents de Nedge ne reconnaissaient plus leur enfant.

                                                            .

                                                          .

                          Il est onze heures du matin.

 

Sur la plage, Vance qui était allongée, se redresse, s'assoit, et, tout en serrant ses genoux entre ses bras, elle regarde son fils Nedge courir rejoindre Verna qui a déjà les pieds dans l'eau.


Vance reste pensive de longues minutes, puis, sans se retourner, elle dit : "Hollis, peut-être aurions nous dû avoir un deuxième enfant, une fille par exemple... Tu n'crois pas ?"

 

Pourquoi pas ! Allons y maintenant !, se contenta de répondre Hollis sans lever les yeux du roman "Les coquillages de M. Chabre" d' Émile Zola.


"Que tu es bête !" lui dit Vance  en se rallongeant à coté de lui. "Non, c'est juste que j'ai l'impression que Nedge s'ennuie un peu beaucoup, tout seul avec nous. Verna est sa bouée de sauvetage, mais quelle petite fille tout à fait curieuse !  Tu ne trouves pas ?".

 

Hollis regarda Vance avec ce sourire qu'elle aimait tant, et il lui dit : "Bah oui ! Elle te vole ton fils !".

                                                            .

les 2 Cubes et la Porte

Mais ni Tante Alix, ni Vance, ni Hollis n'auraient pu se douter de ce que Verna  allait faire découvrir à Nedge une nuit dans une des grottes de Gosthäar.